Les citoyens ont la parole

Dietmar K. Pfeiffer
Allemagne 

1. Que signifie la citoyenneté mondiale pour vous ?

L’association conceptuelle de kosmos et de politês (telles qu’on la connaît depuis deux millénaires) exprime des notions très différentes et fait à présent souvent figure de cliché voulant tout et ne rien dire. S’inscrivant dans l’optique d’un système théorique moderne, la citoyenneté mondiale ne signifie ni la disparition des nations ni l’existence d’une fraternité planétaire mais l’inclusion de tous les citoyens du monde dans un réseau de communication planétaire au sein duquel les nations représentent des réseaux de haute densité.

2. Dans quelle mesure êtes-vous un citoyen du monde ?

À un tel niveau d’abstraction conceptuelle, la citoyenneté mondiale peut revêtir tout un ensemble de formes concrètes selon les différents niveaux de rapports systémiques (interaction, organisation, société). Je me considère moi-même comme un citoyen du monde, non seulement parce que j’interviens dans le monde entier dans des domaines de communication très divers, entre autres dans la coopération scientifique, les mouvements sociaux internationaux et la mobilité des personnes, mais aussi parce que je contribue au développement social et économique de nations autres que la mienne.